MUNICH 97

Album: 
16
Date de sortie: 
Novembre 2011
School: 
NEW SCHOOL
Mood: 
Dark Rock
Type de release: 
LP

Munich 97 (loc.jdkl.) : 16ème album de JudokA. Fondateur de la « New School » judokéenne. Sombre, Indus, métal, électro-baroque. « Munich 97 » est fulgurant, énergique, fougueux, avec des passages d’une grande souplesse. Structure tunnellienne et ascensionnelle.

************************

CRITIQUE DE L'ALBUM "MUNICH 97" PAR PIERRE FRANCOIS KERGUEDRAN (Melomania, 65)

Ils voulaient taper fort. Ils ont frappé un grand coup. Un coup précis. Un coup pointu. D’emblée, en écoutant le dernier album de JUDOKA, on est saisi par la maîtrise avec laquelle le groupe semble n’avoir pas voulu faire de détails mais porter haut et loin, sans n’avoir d’autre but que de suivre le dessein qu’il s’est fixé, un coup vital. En cela, « Munich 97 » est traversé par l’urgence : un tunnel noir, des néons dans la nuit, la vitesse qui se profile sous une voiture lancée au maximum de sa puissance ; et tout cela, avec un peu de la peur qui la conduit et de la violence qui l’excite. Au plus loin de ce que l’on pouvait espérer, « Munich 97 » se propulse vers l’avant et se débarrasse des conventions, des convenances, des pensées conformistes, des idées convenues, des émois convenables. D’un coup d’un seul, incisif et direct, JUDOKA se projette et réduit au silence les quelques derniers réfractaires qui avaient accueilli « Around 6-PM » et « Paintings » avec un certain scepticisme. Sur ces derniers albums, on a pu dire JUDOKA « emprunté ». On a pu penser JUDOKA « à côté de son sujet ». Les plus extrémistes se sont acharnés avec virulence, pensant s’élever, par leurs critiques, au-delà des vexations qu’ils ont eu à subir à cause de l’émergence soudaine, « impropre » et « inattendue » du groupe. « Enfin je me réveille matin en étant rassuré par le monde et ce pourquoi je me suis destiné. A l’écoute des 12, 13, 14 et 15 èmes albums de JUDOKA, lequel de mes confrères ne saurait être désormais assez naïf et de mauvaise foi pour ne pas reconnaître que ce groupe, construit de toute pièce par d’obséquieux intellectuels parisiens – qui, ce dit en passant se sont arrêtés à l’enseignement de solfège de la triple croche - est tout aussi douteux que le propos qu’il revendique. Alambiqué et saugrenu, JUDOKA ne manifeste rien d’autre que ce qu’il n’a toujours été aux yeux des plus avertis : abscons et chichiteux1» (p.43). «Wall of Berlin », « Bauhaus Rock », « Deep Inside » et « Stimme Flashe », pour ne citer qu’eux, sont si chargés, si lourds, si pleins de gros sons saturés aux entournures, qu’on a du mal à imaginer qu’il n’y ait pas eu, à les écouter, comme l’intention d’un effet boomerang et d’un juste retour à leur envoyeur. Mais, en même temps – et c’est ce que l’on aime chez JUDOKA - la musique effrontée de « Munich 97 », qui reste le plus souvent acide et sourde, quand elle n’est pas frondeuse et cinglante, n’en est jamais grossière. C’est une musique jouée avec panache, désinvolture et affranchissement, mais qui conserve, au-delà de tout, l’élégance qui fait son identité. Pour s’en convaincre, écouter « Schwartze Walde », à la fois sombre dans son propos et caverneux par ses effets, mais qui revêt par moments, à la limite de la dissonance de Ju et de la voix de Do, des fragilités latentes qui lui rendent toute sa grâce. « Munich 97 » est certainement à ce jour l’un des albums les plus aboutis de JUDOKA. Nerveux, tonique, vitalisant, il porte en lui une dynamique conçue pour traverser le temps, comme nous traversent dans l’instant sa variété, sa signature échevelée et baroque, un peu de sa folie, un peu de sa superbe, un peu de sa vindicte.

1 Jean Rastac (2011). Redonnons la musique à ceux qui la transcrivent. Travail et Musique, 73, pp-37-52.

http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/254-1-black_angel.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/256-2-reload.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/257-3-everything.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/258-4-one_again.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/259-5-schwarze_wald.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/260-6-wall_of_berlin.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Track/1355-7-vocodoll.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/262-8-bubbles.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/263-9-deep_inside.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/264-10-life_is_too_much.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/265-11-futurismo.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/266-12-bahaus_rock_rock.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/267-13-heliabass.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/268-14-stimme_slashe.mp3
http://judoka.in/sites/default/files/fields/Morceau/269-15-kindergarden.mp3